Sélectionner une page

Bien-être, bonheur, le coaching professionnel apporterait cela…

L’intention est d’exprimer mon point de vue sur les apports du coaching, d’éclaircir des confusions et, je l’espère, de sensibiliser davantage de monde sur ses bénéfices.

Lorsque je dis que je suis coach professionnel, des interrogations récurrentes viennent de mes interlocuteurs : « Ok… mais à quoi ça sert ? », « Pourquoi des personnes paient-elles pour se faire coacher ? », « Mais qu’est-ce que tu fais ? »… Et je dois avouer que c’est difficile d’expliquer sans le vivre ce que sont les bénéfices du coaching et ce qu’est (ou n’est pas) le coaching professionnel.

Il me semble que le coaching a une connotation plutôt négative en France. Et pour contextualiser, j’ai choisi de repartir d’interventions de Julia de Funès à l’occasion de la promotion de son livre « Le développement (im)personnel. Le succès de l’imposture. » aux Editions de l’Observatoire.

Je trouve que cela constitue une base idéale d’échanges car :

  • Elle dénonce avec justesse un phénomène qui nuit considérablement au coaching professionnel ;
  • Fait quelques amalgames ou, au moins, risque de les alimenter ;
  • Mais elle partage avec moi, et la plupart des coachs professionnels de mon entourage, ce qui constitue l’essentiel, l’essence même, du coaching professionnel.

Le contexte sociétal

Le commerce du développement personnel est florissant et le terme de « coaching » y est largement utilisé à des fins marketing (comme je l’évoque d’ailleurs dans cet article).

« L’engouement pour le développement personnel ne se dément pas : l’industrie génère 11 milliards de dollars par an en moyenne. En France, cela représentait 32% du marché du livre en 2018. Le bien-être semble donc être un business qui se porte bien. » (source : https://www.franceinter.fr/emissions/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-17-septembre-2019)

Dans ce podcast, Julia de Funès (philosophe, auteure et ancienne RH « chasseuse de têtes ») dénonce les dérives de ce business. Comme elle l’exprime, les institutions ne guident plus (religions, politiques, castes sociales…) et l’angoisse augmente. Chacun est fasse à soi-même pour « réussir » et la demande autour du « sens de la vie », de la « réussite », ne fait qu’augmenter. Le commerce, les promesses, sur des thématiques intrinsèques de l’humanité (la confiance en soi, l’authenticité, le bonheur, l’abondance, la séduction, etc.) est alors extrêmement tentant.

Dénonciation d’un phénomène

A la 15ème min et 15 s du podcast : « On cherche surtout une illusion réconfortante ou douce plutôt qu’une réalité plus douloureuse », « C’est beaucoup un déni de réalité ».

A la 23ème min et 10 s : « « Le sens de la vie en trois mois », c’est, pour moi, d’un simplisme inouï ! Les recettes et l’efficacité à tout va, la rapidité, les « cinq leçons/séances pour être heureux », ça montre tout le simplisme de ces recettes-là. C’est en plus très contradictoire : parce que le « développement personnel »… se développer ça prend du temps ! ».

Sur cette nouvelle vague, il existe sans nul doute des « coachs » surfant sur la promesse de grands changements grâce à une pilule magique efficace en une seule prise. Tout comme je voyais une publicité très récemment, qui vantait les mérites d’un spray pour les yeux permettant de travailler plus longtemps devant un ordinateur (en expliquant que cela permet d’humidifier les yeux car on les cligne moins face à un écran…). Est-ce qu’il n’y a que moi que cela choque ?

Effectivement, pour l’appliquer à moi-même depuis plusieurs années, je partage l’analyse de Mme de Funès : les changements durables demandent du temps, de la volonté, du courage (aller au plus près de ses plus grandes peurs).

La mode « Chief Happiness Officer »

Dans un autre podcast de France Inter (https://www.franceinter.fr/emissions/par-jupiter/par-jupiter-10-octobre-2019), j’apprécie beaucoup également qu’elle dénonce avec pertinence un phénomène pernicieux : la croyance selon laquelle des collaborateurs heureux au travail seraient davantage performants.

A partir de la 34ème min et 45 s :

  • « La reconnaissance est un élément absolument essentiel pour se sentir bien au bureau mais la reconnaissance elle vient d’où ? Il faut laisser les gens agir ! »
  • « Le raisonnement sous-jacent qu’on rencontre dans l’entreprise et un peu partout (…), qui est pour moi un faux raisonnement, c’est de dire : des gens heureux au boulot seront plus performants. (…) C’est un faux raisonnement qui prend la cause pour la conséquence : (…) C’est quand les gens ont la possibilité d’agir, et éventuellement d’être performants, qu’ils se sentiront beaucoup plus heureux au boulot ou ailleurs. Donc le bonheur c’est une conséquence d’une action, ce n’est pas une condition « from scratch » (de zéro) qui tombe du ciel. (…) Laissons les gens agir à partir d’eux-mêmes et arrêtons avec les recettes bien pensantes qui engourdissent les intelligences. »

Effectivement, j’ai pu côtoyer des entreprises qui affichaient un aspect « fun » afin de suivre la « mode Google » (baby-foot, consoles de jeux, sorties « séminaires » sports et team-building, open-space pour prétendument « favoriser le travail d’équipes »…). Il s’agit d’afficher une image d’entreprise où il fait bon vivre, du « bien-être » au service de la performance… Mais le but inavoué (car en partie inconscient malgré des pointes de culpabilité refoulées) est de garder le contrôle sur les collaborateurs et sur soi. Au premier plan, c’est servir des intérêts personnels mais à mon sens c’est surtout, tragiquement, pour éviter les difficiles remises en question qui toucheraient l’amour-propre, l’ego.

Il est coutume de penser qu’il s’agit là de manœuvres délibérées, voire machiavéliques. Saisir cette hypothèse est un mécanisme de défense qui permet de considérer que la faute incombe à l’autre. C’est normal. Il arrive à tout le monde, généralement même quotidiennement, d’avoir ce genre de pensées (au hasard… au volant de notre voiture ?). Mais mon expérience me laisse penser que les manœuvres délibérées, conscientes, sont bien plus rares que ce que l’on pourrait croire : La plupart du temps, les responsables se sont enfermés dans des croyances et des modes de fonctionnement. Confrontés à l’anxiété et l’angoisse (peurs profondes), ils n’arrivent pas à faire le deuil de ce qui, selon leur prisme, a fait leurs succès passés.

Ainsi, que ce soit des dirigeants, des responsables ou des collaborateurs, je ne vois pas de « coupables » mais bien des personnes tiraillées par des peurs de « faillir » face à leurs enjeux personnels. Des êtres humains rejetant la faute à l’extérieur, sur la défensive, car regarder la réalité en face est trop pénible.

Je partage donc pleinement l’avis de Julia de Funès sur cet aspect : Les multiples facettes de la reconnaissance sont le carburant de la prise d’initiatives, de la performance et, en conséquence alors, de l’épanouissement des collaborateurs.

Petite pause

J’aime une définition donnée par Tal Ben-Shahar dans son livre « l’apprentissage du bonheur ». Elle est d’une fascinante complexité dans sa simplicité. Sa définition du bonheur est : « La sensation globale de plaisir chargée de sens » (grâce à l’investissement personnel, précise-t-il via une note en bas de page).

A méditer…

Quelques amalgames malencontreux

Dans le premier podcast, je vais sélectionner 3 passages de Julia de Funès :

  • 4 min et 30 s : « C’est beaucoup plus simple d’aller voir un coach que d’aller voir un psychiatre. »
  • 24 min 50 s : « Ils (les coachs) vont venir conseiller les autres sur ces difficultés là (ce qui ne leur plaisait plus dans leurs anciens métiers). Mais il ne suffit pas d’avoir connu des difficultés pour conseiller et rentrer dans le psychisme des gens. »
  • 29 min et 20 s :
    • « L’état est plutôt de mon côté, au sens où la formation des coachs est très contestable, à tel point qu’elle ne rentre pas dans la définition légale de la formation. Cela veut bien dire qu’il y a un problème et qu’on n’est pas certain de la teneur et de la rigueur de cette formation. »
    • « Donc c’est un métier aux contours flous, aux formations non reconnues, aux certifications douteuses. »
    • « Pourquoi ce monsieur (le coach qui est intervenu un peu avant) n’a pas fait de la psychiatrie ou de la psychanalyse ? Mais effectivement c’est très difficile aussi (comme les études de philosophie, la maïeutique…). »

Autant j’ai de la gratitude pour Mme de Funès de dénoncer ce qui dessert la profession de coach professionnel, autant il me semble voir dans ces propos un risque de dommages :

>> Coaching de vie et coaching professionnel

Tout d’abord, à aucun moment il n’est fait de distinction entre « coach de vie » et « coach professionnel ». C’est pour moi la même maladresse que d’assimiler « diététicien » (professionnel de la santé reconnu), « médecin-nutritionniste » (médecin ayant suivi une formation complémentaire) et « nutritionniste » (le terme seul n’a pas de valeur puisque n’importe qui peut s’auto-proclamer « nutritionniste » ; comme « coach en nutrition » d’ailleurs). Je ne comprends donc pas les propos de Mme de Funès (à propos de « certifications douteuses ») étant donné qu’il existe plusieurs formations de coachs professionnels avec des certifications RNCP notamment (https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/R40438) ; « service-public.fr », l’état…) et aucune à ma connaissance pour les « coachs de vie ».

Ceci dit, je connais d’excellents coachs de vie aussi (« pourtant » parfois bardés de diplômes et de certifications) et bien souvent également thérapeutes justement. Donc, ne pas faire cette distinction en parlant du coaching ne fait qu’exacerber une chasse aux sorcières dommageable alors que je partage son avis sur le besoin de cadrage dans le métier. S’il vous plaît, ne faisons pas une dérive en en dénonçant une autre.

>> Expert-Conseil et coaching professionnel

Ensuite, a priori à cause du phénomène décrié du « business du bonheur et de la facilité », il y a une triste et majeure erreur de parler de « conseiller et rentrer dans le psychisme des gens ». Oui, il est possible pour un coach professionnel de conseiller son client ; d’une part, s’il en a les compétences mais surtout, d’autre part, si cela est approprié pour sortir son client d’une impasse (manque d’autonomie face à son problème). Mais, très généralement, les coachs professionnels font tout leur possible (et pour moi c’est au cœur de leur savoir-être grâce à leurs thérapie, supervision et formations) pour ne pas conseiller leur client. En effet, toute la beauté du coaching est justement que, grâce aux questions du guide professionnel, le client trouve lui-même et s’approprie ainsi pleinement un axe de solutions grâce à des prises de conscience. Il s’agit là de suivre le proverbe Soufi : « Si tu trouves que le sol te pique les pieds, tu peux recouvrir le monde d’un tapis (conseils donnés) ou tu peux apprendre à te fabriquer des chaussures (enjeux et besoins conscientisés et solutions élaborées par le client) ». Pour y arriver, le coach doit faire le deuil de sa « toute-puissance » (et il ne peut pas le faire sans un accompagnement régulier).

>> Thérapie et coaching professionnel

Précisons également : un coach professionnel ne « rentre » pas dans le « psychisme des gens ». C’est d’ailleurs une des frontières nettes avec les professionnels reconnus de la psychologie et doit faire partie selon moi de la déontologie de tout coach professionnel. Et c’est également tout un entraînement de longue haleine justement pour un coach professionnel de se retenir de rentrer dans le psychisme. Car il n’est pas un thérapeute : il n’est pas là pour comprendre l’origine des sentiments (pensées et émotions) passés et présents d’un patient mais pour éventuellement « dénoncer » et « utiliser comme levier » les sentiments vécus de son client durant une séance (donc au présent). Ceci afin qu’il prenne conscience de ce qu’il vit et qu’il identifie par lui-même ce dont il a le plus besoin pour atteindre ses objectifs.

>> Modes d’interventions en coaching professionnel

Enfin, je n’ai pas vu de distinction / précision sur le fait que le coach professionnel n’intervient pas uniquement lors de séances individuelles. Ce qui alimente encore davantage la confusion avec les thérapeutes et coachs de vie. Le coach professionnel intervient en individuel mais également avec les équipes ou lors de séminaires regroupant plusieurs équipes ou départements. Un coach professionnel accompagne le « système entreprise » et ce système ne se résume pas à des personnes prises indépendamment. En cela, il existe des outils et des techniques qui sont bien spécifiques selon que le travail se fait en groupes ou en individuel. Cela fait partie de l’expertise du coach : un savoir-faire ET un savoir-être.

L’important !

Je terminerai par un passage qui est pour moi le plus important du podcast https://www.franceinter.fr/emissions/par-jupiter/par-jupiter-10-octobre-2019.

41 min et 10 s : « C’est très sympa d’avoir un cadre de boulot agréable (…) mais prétendre rendre les gens heureux à partir de ces artifices (…) c’est là qu’on prend les gens pour des imbéciles. Je pense que le sens, l’autonomie, la reconnaissance, la confiance sont beaucoup plus essentiels pour les collaborateurs que tous ces petits gadgets et joujoux de joie. »

Merci Mme de Funès : Entendre cela m’a réjoui et stimulé (notamment à écrire cet article) !

Ces termes sont au cœur de ma formation de coach professionnel et constituent la base de ma motivation avec Co’Delta : permettre durablement à celles et ceux qui en ont la volonté de passer à l’action, de gagner en autonomie en augmentant leur capital confiance et reconnaissance, en se reconnectant à des objectifs emplis de sens.

Les apports et bénéfices du coaching

Alors, non : le coach professionnel n’est pas un nouveau responsable du bonheur, ni même du bien-être, en entreprise. Il est un « accoucheur de sens ».

« Le coaching c’est comme l’Amour, ça ne s’explique pas, ça se fait. » aime dire Claude Arribas (ANSE Métasystème). Il précise également que « performance » et « humain » sont les deux faces d’une même pièce… Je trouve que cela résume très bien le métier auquel nous croyons !

Mais, oui, le coaching professionnel est un métier assez étrange… Il est difficile de faire reconnaître une profession dont les résultats ne sont pas toujours mesurables à court terme et qui demande aux professionnels tant et tant d’années de pratique pour affûter leur savoir-faire et leur savoir-être.

Le coach professionnel est un guide pour faire conscientiser certaines choses à ses clients. Je dirais qu’il est un « faiseur d’actions nourrissantes ». Il s’agit d’accompagner afin de permettre d’ouvrir les champs de visions (solutions potentielles), changer les états d’esprits et faire prendre conscience de besoins latents de chacun.

Cette reconnexion aux besoins et objectifs les plus importants, au sens, permet alors des résultats magiques et… visibles, chiffrables ! Cette reconnexion permet le passage à l’action et l’entretien de la motivation. Cette reconnexion permet la montée des satisfactions.

Le coach professionnel, « ostéopathe de l’entreprise »

À la différence de la kinésithérapie qui se focalise seulement sur la douleur, l’ostéopathie envisage le corps dans son ensemble, dans toute sa complexité. Pour moi, il est important que le coaching professionnel considère les personnes et les entreprises comme des systèmes complexes (« têtes-cœurs-corps ») et non plus comme de simples sommes d’individus produisant.

De même, pour continuer l’image, tout comme l’expert-conseil pourrait être le « kinésithérapeute de l’entreprise » en se concentrant sur les problèmes (la douleur), le coach professionnel pourrait être vu comme « l’ostéopathe de l’entreprise ». Ce n’est pas parce que vous avez mal au genou que le problème vient du genou…

L’ostéopathie a mis tellement d’années pour être sur la voie de la reconnaissance médicale, j’espère que le coaching professionnel suivra également.

Quelle utilité ? Je n’ai pas besoin d’un coach.

Et vous avez raison car le coaching n’est pas un besoin (au sens de la CNV). C’est un moyen, une stratégie, parmi d’autres, pour vous aider à répondre à vos besoins, définir et atteindre vos objectifs plus efficacement. Mais, qui sait, ce mode de fonctionnement pourrait bien vous convenir…

Quels sont vraiment vos besoins ? Quels résultats souhaitez-vous obtenir ?

En savoir plus sur l’approche coaching de Co’Delta